Albert-Kahn, musée et jardin départementaux: Présentation générale

Vous êtes ici : Accueil › Jardin › Les différents jardins › Présentation générale

Présentation générale

  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami

Un jardin à l'image d'un monde en paix


Les 4 hectares de jardin, partie intégrante des collections, permettent un voyage végétal autour du monde.

En 1893, Albert Kahn s’installe à Boulogne-sur-Seine où il loue un hôtel particulier au 6 quai du 4-Septembre. En 1895, il acquiert la maison et 4 parcelles de terrain. Il entreprend alors la construction de son jardin. En 1920, après avoir réuni au total 23 parcelles, Albert Kahn dispose d’un jardin de près de 4 hectares.

Fidèle à son intérêt pour la diversité des cultures, Albert Kahn choisit un genre de jardin bien particulier au XIXe siècle : le « parc à scènes ». L’ensemble paysager qu’il fait aménager se compose d’un jardin français complété par une roseraie et un verger, d’un jardin anglais, d’une forêt bleue et d’un marais suivi d’une forêt dorée et d’une prairie, d’un village japonais, et d’une forêt vosgienne enfin.

Inspirés par les principes de dialogue et de communication, constitués de modèles horticoles de différents pays, les jardins d’Albert Kahn contribuent à son oeuvre au même titre que ses diverses fondations. Des essences originaires d’Europe, d’Amérique, d’Afrique, d’Océanie et d’Asie sont réunies sur les 7 types de jardins qui composent le site. Le visiteur voyage lui aussi autour du monde…

Aujourd’hui, le visiteur peut admirer le jardin tel qu’il se présentait au début du XXe siècle, à l’exception de quelques bâtiments disparus, du jardin japonais contemporain et du versant alsacien de la forêt vosgienne. Cette fidélité au modèle original a été permise grâce à la restauration du site en 1989-1990 financée par le département des Hauts-de-Seine. L’entreprise a été menée à bien grâce à l’étroite collaboration entre le musée et la direction départementale des Parcs, Jardins et Paysages. L’analyse des 2 500 autochromes de la propriété prises entre 1910 et 1950 a permis de reproduire fidèlement les scènes originelles.

En 1989, le département des Hauts-de-Seine a souhaité rendre hommage à la vie et à l’œuvre d’Albert Kahn par la création d’une œuvre paysagère contemporaine. Ce jardin japonais contemporain, créé par le paysagiste Fumiaki Takano, est une métaphore de la vie de Kahn.

En 2000, après le désastre de la tempête de 1999, la forêt vosgienne a été reconstituée et complétée, nécessitant un investissement considérable du Conseil général.

Les jardins sont des jardins historiques à voir comme des scènes paysagères, c'est pourquoi vous ne trouverez aucune indication botanique. Pour satisfaire votre curiosité, une brochure présentant les plantes remarquables du site est en vente à la boutique du musée. Vous trouverez néanmoins sur ce site web des indications sur les périodes de floraisons.

Entretien des jardins

Du temps d'Albert Kahn à nos jours


Au temps d’Albert Kahn

À l’époque d’Albert Kahn, douze jardiniers entretiennent le site. Chacun des jardiniers a sa spécialité.
Les travaux d’arboriculture nécessitent une organisation très rationnelle. Monsieur Ruffin, ancien jardinier du banquier, raconte « Certains arbres furent plantés, d’autres déplacés alors qu’ils avaient déjà 12 à 15 mètres de haut. […] C’était impressionnant de [les] voir basculer. Le calage était délicat : la grosse motte […] était roulée sur de gros rouleaux pour être placée à l’endroit choisi par monsieur Kahn. » Chaque geste horticole est ainsi conforme à la demande du propriétaire.

De nos jours

La gestion différenciée

Le mode d’entretien aujourd’hui pratiqué dans les jardins est une gestion dite « différenciée », influencée par le concept particulier imaginé par Albert Kahn : une évocation paysagère de différents pays et régions du monde. Cette gestion consiste à faire cohabiter harmonieusement l’esthétique, la biodiversité, le tout s’inscrivant dans une notion de développement durable.
Chaque jardin a son propre mode spécifique d’entretien afin d’accentuer les contrastes, ainsi nous passons, par exemple, d’une gestion forestière dans la forêt vosgienne, au respect de la symétrie du jardin français pour terminer dans le jardin japonais chargé de forts symboles. Cet entretien favorise également l’installation d’une flore et d’une faune variées grâce à la suppression de pesticides et désherbants chimiques.

La lutte biologique

C’est une méthode de lutte écologique contre les parasites, insectes et maladies des plantes, à base de produits non polluants. Les jardiniers ont recours à des prédateurs naturels tels que les coccinelles (qui se nourrissent de pucerons et de
cochenilles), dont les larves sont placées dans des sacs en toile de jute suspendus aux branches basses. Les hérissons vivant sur le site participent à la lutte contre les escargots et les limaces. Les bouillies à base de cuivre et de soufre sont utilisées pour lutter contre les maladies telles que la rouille, l’oïdium sur les rosiers et les arbres fruitiers. Le désherbage chimique a été remplacé par une technique moins polluante, le désherbeur thermique, qui brûle les adventices indésirables dans les allées.

Le réseau hydraulique

Un réseau hydraulique souterrain alimente l’ensemble des jardins. Les deux circuits d’eau — dans le jardin anglais et dans le jardin japonais contemporain – sont fermés. L’arrosage est automatique pour tout le site : trois programmateurs commandent l’irrigation du terrain pendant un temps donné (la nuit de préférence pour une meilleure efficacité). Le système hydraulique est réparti entre de l’eau pompée dans le puits du jardin anglais et de l’eau de ville. Une sonde permet de compenser les pertes en eau dues à l’évaporation ou aux micro-fuites et de garder un niveau d’eau constant. En cas de pénurie dans le puits (comme cela a été le cas lors de la canicule de 2003), les jardiniers font basculer le réseau d’eau de puisage du jardin anglais vers celui de la ville.

Les jardins en hiver


Sous la neige

© CG92/Musée Albert-Kahn/Pascal BEDEK

SOUS LA NEIGE

© CG92/Willy LABRE

Sous la neige

© CG92/Willy LABRE

Sous la neige

© CG92/Musée Albert-Kahn/Lionel BARD

Sous la neige

© CG92/Willy LABRE

Sous la neige

© CG92/Willy LABRE

JARDIN ALBERT KAHN SOUS LA NEIGE

FORET VOSGIENNE

La passerelle sous la neige

© CG92/Willy LABRE

Le cottage

© CG92/Musée Albert-Kahn/Pascal BEDEK

La rivière sinueuse

© CG92/Musée Albert-Kahn/Pascal BEDEK

La rivière

© CG92/Musée Albert-Kahn/Pascal BEDEK

La jardin anglais sous la neige

© CG92/Musée Albert-Kahn/Philippe PLANCHON

La palmier sous la neige

© CG92/Musée Albert-Kahn/Philippe PLANCHON

A la frontière du jardin anglais et du village japonais

© CG92/Musée Albert-Kahn/Vladimir PRONIER

Le pont rouge sous la neige

© CG92/Willy LABRE

Le pont rouge en hiver

© CG92/Willy LABRE

Le pont rouge un soir d'hiver

© CG92/Willy LABRE

Sous la neige

© CG92/Willy LABRE

Un jour en hiver

© CG92/Musée Albert-Kahn/Lionel BARD

Le Jizo et le shishi-odoshi

© CG92/Musée Albert-Kahn/Philippe PLANCHON

La rivière gelée

© CG92/Musée Albert-Kahn/Vladimir PRONIER

Le pont rouge sous le soleil d'hiver

© CG92/Musée Albert-Kahn/Vladimir PRONIER

La rivière gelée

© CG92/Musée Albert-Kahn/Vladimir PRONIER

Du pont rouge en hiver

Le cône de galets sous la neige

© CG92/Musée Albert-Kahn/Vladimir PRONIER

Le jardin japonais sous la neige

© CG92/Musée Albert-Kahn/Vladimir PRONIER

Paysage d'hiver

© CG92/Musée Albert-Kahn/Vladimir PRONIER

Le jardin vu de la nacelle


Prenez de la hauteur en découvrant le jardin via des photos prises à partir d'une nacelle. 

Jardin anglais

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

Le jardin français

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

Pont du jardin anglais

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

Village japonais

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

Vue du jardin anglais et de la serre

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY

Vue du village japonais

© CG92/Musée Albert-Kahn/Bénédicte de CHANGY


1 2 3 4

Retour sur le plan

A télécharger

Plan-guide des jardins

En savoir plus

Site Internet du conseil général des Hauts-de-Seine

albert-kahn.hauts-de-seine.net est un site du conseil général des Hauts-de-Seine