Albert-Kahn, musée et jardin départementaux: Albert Kahn et le Japon

Vous êtes ici : Accueil › Albert Kahn › Albert Kahn et le Japon

Albert kahn et le Japon

  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami

Un attachement particulier


« Je suis allé à deux reprises au Japon ; j’aime tout particulièrement ce pays et c’est pour cela que j’ai voulu poser ici près de ma demeure, un coin de la terre japonaise. Ma nature a de grandes affinités avec la sensibilité des Japonais et j’apprécie tellement le calme et la douceur de leur façon de vivre. C’est peut-être aussi pour retrouver cette atmosphère qui m’est si familière que j’ai voulu vivre parmi les fleurs et les arbres du Japon »
Albert Kahn interviewé pour la revue France-Japon, 15 Août 1938.

Un « banquier japonisant »

En tant que banquier, Albert Kahn entretient des relations privilégiées avec le Japon. Au cours de déplacements au Japon qui cumulent voyages d’affaires et voyages d’agrément, il noue des liens forts avec des Japonais.

Si l’on a peu de détails, on pense néanmoins que son action a été remarquable puisqu’à l’occasion d’un déjeuner qui lui était offert par l’Université de Tokyo, lors d’un séjour au Japon entre 1908 et 1909, « trois coupes en or lui sont remises de la part du Mikado {soit l’Empereur, lui-même} ». Puis, au cours de ce même séjour, il est photographié en tant que délégué d’un groupe de capitalistes français pour le journal L’Illustration en compagnie du comte Shigenobu Okuma (deux fois premier ministre du Japon, président de l’Université de Waseda), de M. Naruse, recteur de l’Université, du Baron Motono, ancien ambassadeur du Japon en France, de M. Gérard, ambassadeur de France au Japon, et de MM. Okura, Morimura et du baron Matsuo, financier.

Un « philanthrope japonisant »

Les voyages au Japon qu’effectue Albert Kahn et la création de son jardin japonais peuvent être mis en parallèle. Au retour d’un premier voyage, le banquier lance la construction de la première partie de son jardin nippon en 1897, jardin que des « artistes japonais viendront spécialement dessiner et planter ».

La seconde partie est mise en travaux durant l’hiver 1908-1909, au moment où Albert Kahn visite l’empire du Soleil Levant, lors d’un voyage autour du monde. Le journal de bord tenu alors par son chauffeur et photographe Albert Dutertre confirme ses nombreuses visites dans les jardins et les hauts lieux japonais. Là, il a pu en apprécier toute la subtilité qu’il retranscrit dans son jardin à Boulogne.

Son amour pour la culture japonaise est inscrit dans son jardin de Boulogne mais aussi à l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres, à qui il offre un jardin japonais en 1925. Il charge alors son propre chef jardinier à Boulogne – Louis Picart – des travaux de construction.

"Un mécène japonisant"


En 1906, Albert Kahn fonde les bourses Autour du Monde au Japon qui seront attribuées dès 1907. Parmi les 18 lauréats beaucoup s’illustrèrent par la suite dans l’histoire intellectuelle ou politique de leur pays. On compte, entre autres, six professeurs de droit, trois professeurs d’économie politique, deux professeurs d’histoire du Japon, deux de pédagogie, un professeur de sciences religieuses, un professeur de statistiques et un professeur de littérature chinoise.

Le Prince Hirohito, à l’époque héritier du trône, effectue pendant l’été 1924 une visite à Weitbruch, en Alsace, en compagnie d’Albert Kahn. Le futur empereur veut connaître la vie d’un petit village d’Alsace. Quant à la princesse, elle s’intéresse à l’école communale. Ils vont aussi à Vittel et à Saverne.

La Société Autour du Monde semble être elle aussi marquée par l’attachement d’Albert Kahn pour le Japon. De nombreuses grandes personnalités japonaises ou japonisantes en sont membres ou invitées.

Parmi les français amoureux du Japon, on trouve Paul Claudel, ambassadeur de France à Tokyo de 1921 à 1927, invité en 1921 ou Louis Gonse, historien de l’art, rédacteur en chef de la
Gazette des Beaux-Arts, l’un des premiers grands collectionneurs d’art japonais, invité en 1913 et 1916.

Parmi la quarantaine de personnalités japonaises, on trouve :

- Des membres de la famille impériale (notamment deux filles de l’Empereur Meiji et leurs époux) ou de la noblesse,

- Des diplomates, que ce soient de nombreux ambassadeurs du Japon en France tel le Baron Ichirô Motono. Mais aussi, les  membres de la délégation du Japon à la conférence de la Paix de 1919, le secrétaire général de la SDN, etc.

- Des financiers par exemple le chef du trésor national,

- Des artistes comme Foujita, le peintre devenu une figure du « Tout Paris ».

Albert Kahn avec la baronne Motono, Tôkyô, Japon, décembre 1908
Négatif stéréoscopique noir et blanc,  inv. D 868

© Musée Albert-Kahn – Département des Hauts-de-Seine


1 2

En savoir plus

En images

Site Internet du conseil général des Hauts-de-Seine

albert-kahn.hauts-de-seine.net est un site du conseil général des Hauts-de-Seine